Les tarifs postaux seraient trop chers

6 janvier 2016

Après le contrôle de la qualité du service bPost, les services postaux ont encore une fois fait l’objet d’une enquête menée par l’Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT). Sur les différents secteurs ayant recours à la poste, voici les détails recueillis auprès des particuliers et des entreprises.

Des résultats des enquêtes plutôt contradictoires

*Les particuliers

Chez les particuliers, il s’avère que les services postaux vont bon train. Les statistiques démontrent que 37% des particuliers reçoivent du courrier tous les jours et 80% au moins 3 à 4 fois par semaine. Ce sont notamment les personnes d’âge mûr qui réceptionnent le plus de courrier (51 ans et plus). Du côté des envoyeurs, les quelques 14% envoient en moyenne un courrier par semaine, 31% au moins une fois par mois et les 6% n’en envoient jamais.

facteur - colis_1697

Dans ce cadre, les moins de 50 ans reçoivent plus souvent que les plus âgés interrogés, soit, 37,5% contre 23% au moins un par mois. Avec les achats en ligne, nombreux sont ceux qui optent régulièrement pour l’e-commerce. De ce fait, la part de marché de bpost pour l’envoi des colis a diminué d’autant que 33% des particuliers confient également cette tâche à un autre prestataire. Pour les trois prochaines années à venir, 76% de la tranche des 18-35 ans envisagent d’envoyer autant de lettres qu’aujourd’hui et les 74% autant de colis.

*Les entreprises privées et publiques

Les personnes sondées auprès des entreprises privées laissent entendre qu’elles reçoivent plus de courrier et de colis qu’elles n’en envoient (173 reçus par semaine contre 113 envois). Toutefois, il y a également des entreprises qui n’envoient jamais de colis et 23% jamais de courrier administratif. Pour cela, un quart des sociétés ont recours à d’autres prestataires pour l’envoi de colis, sans passer par bpost.

297eca80-1e5d-11e5-8450-f503c584e035_original

Contrairement aux entreprises privées, les entreprises publiques envoient plus de courrier qu’elles n’en reçoivent (776 envois par semaine contre 584 reçus). Avec les 81% qui passent exclusivement par bpost pour l’envoi des colis, le service public se voit obligé de se serrer les coudes.

L’avis des enquêtés

L’IBPT a demandé aux enquêtés les modifications éventuelles des services postaux qu’ils privilégient. Les réponses obtenues sont très variées pour les particuliers ; 40% penchent pour des tarifs postaux moins élevés, 38% une distribution des colis en soirée et week-end, 33% optent pour la distribution de courrier 6 jours/7, 26% réclament une heure plus tardive pour la levée des boîtes aux lettres rouges et 22% un courrier distribué plus tôt.

delivery

Les souhaits et craintes de modification sont à peu près les mêmes pour les entreprises privées et publiques. Les dernières trouvent que le tarif du timbre à 1 euro est trop cher. Le secteur privé rajoute l’importance du délai de l’acheminement à J+1 pour les colis.